Bassin d’attraction

Blender, UE4, Ableton live, 15 minutes, 2021.


FR
Bassin d'attraction (2020), noir et blanc réalisé en image de synthèse, se présente comme un faux documentaire animalier. Le film interroge le rapport sacré aux objets et les différents statuts qu’on leur confère au fil de leur vie. Objets précieux — ex-votos issus du Musée national étrusque de la villa Giulia —, ornements provenant d’églises ou de sculptures romaines, ainsi que détritus contemporains se côtoient et évoluent conjointement dans une sorte de liquide amniotique. Les formes habituellement inertes se sont muées en créatures autonomes : ces êtres composites interagissent, gesticulent, s’attirent, réagissent. En adoptant le point de vue des objets, en leur insufflant une dose de désir, en leur octroyant un semblant d’âme, l’artiste reconsidère la frontière entre le vivant et le non-vivant.

EN
Basin of Attraction (2020), black and white produced in computer-generated image, presents itself as a fake wild-life documentary. The film questions the sacred relationship to objects and the different statuses conferred on them throughout their lives. Precious objects - votive offerings from the National Etruscan Museum in Villa Giulia - ornaments from churches or Roman sculptures, as well as contemporary detritus come together and evolve together in a kind of amniotic fluid. Usually inert forms have evolved into autonomous creatures: these composite beings interact, gesticulate, attract each other, react. By adopting the point of view of objects, by infusing them with a dose of desire, by giving them a semblance of soul, the artist reconsiders the border between the living and the non-living.





Projet réalisé dans le cadre du prix Wicar de la ville de Lille pour une résidence à Rome
En collaboration avec le musée national d’art étrusque de la Villa Giulia, ETRU
Projet accompagné par Place Cavour lors de la résidence à Rome